Accueil > Publications > Annales du Centre Ledoux > Tome III - Claude-Nicolas Ledoux (1736-1806)


Diffusion : Art et Arts, 15 rue Maubec, 33037 Bordeaux cedex
Distribué en librairie par les Belles Lettres

Nouvelle édition, bilingue russe et français, parue chez Architecton à Ekaterinbourg, 2007

Tome III - Claude-Nicolas Ledoux (1736-1806)

L’architecture et les fastes du temps

Daniel Rabreau


Publication éditée en 2000 par le Centre Ledoux en collaboration avec le GHAMU, avec le concours de la région Aquitaine, de la subvention du CNL et du BQR de Paris 1.

Editeur WILLIAM BLAKE & CO / ART & ARTS
format 24x17 cm
430 pages
302 planches n&b, hors texte
ISBN : 2-911059-16-6

prix : 51,83 €


« L’artiste démontre son caractère dans ses ouvrages », écrit Ledoux, qui poursuit : « les événements, suivant la manière dont il est affecté, l’exaltent ou l’anéantissent ». On aurait tort de s’autoriser de cette citation pour croire que la finalité de l’art, selon Ledoux, n’est que l’expression du moi le plus profond. L’aveu de l’architecte est toujours à rapprocher du célèbre aphorisme de Buffon, « le style est l’homme même », qui désigne la part personnelle, interprétative, de la démarche créatrice jugée à l’aune des préceptes classiques. Après plus de trente ans d’une carrière de bâtisseur exceptionnellement riche en chantiers, Ledoux souhaita offrir un message à la postérité et publia, peu avant sa mort, un ouvrage au texte copieux et magnifiquement illustré : l’Architecture considérée sous le rapport de l’art, des mœurs et de la législation (1804).

Ce titre, explicite, annonce une réflexion sur l’étendue sociale et politique de l’art de l’architecture. Pourquoi ? De quelle motivation profonde ou, au contraire, de quel semblant de justification ce testament (il est unique dans la littérature d’architecture) témoigne-t-il, en affichant cette parité entre le domaine de la création artistique et le vaste champ de l’anthropologie ou de l’histoire de l’humanité ? Philosophe, mais avant tout artiste-architecte qui revendique le recours à la libre imagination, Ledoux témoigne-t-il pour rendre compte de son œuvre édifiée dans la pierre ou projeté sur le papier, ou bien pour léguer à la postérité l’image d’une trajectoire artistique combative et d’une création idéale où le classicisme universel, réactivé et lancé vers l’avenir, apparaîtrait vainqueur ? L’attitude commune à Ledoux et aux artistes de son temps peut s’expliquer par l’approche des valeurs séculaires attribués à l’usage des ordres antiques, véritable langage dont il cherche la raison d’être à l’origine. A cet égard, Ledoux s’inscrit comme disciple et de Palladio et de Piranèse, mais il s’adresse aux « enfants d’Apollon », favorisés comme lui par l’esprit des lumières, dans un style parfois fracassant qui n’appartient qu’à lui. L’appel à la libre imagination (de l’artiste, du public) est un de ses leitmotive. Entre l’imitation de la Nature et la réinterprétation de l’Antiquité (l’époque de Ledoux découvre enfin concrètement l’art grec), une voie inconnue et redoutée par certains, vers la créativité moderne semblait pouvoir offrir le beau rôle à cette discipline de la science que le siècle des philosophes, naturalistes et relativistes, libère de la métaphysique : l’esthétique. Comment l’architecte traça-t-il cette voie qui doit conduire au « progrès des arts », ce nouveau culte qu’il appelle de toute sa ferveur ?

Sous-titré l’Architecture et les fastes du temps, ce livre consacré à Ledoux est moins une monographie, au sens habituel du mot (la vie, l’œuvre, l’art) qu’un essai d’histoire de l’art sur l’un des grands architectes de l’histoire des temps modernes. Dans une approche contextuelle, particulièrement développée, il s’appuie initialement sur les questions posées ci-dessus, éternelles : comment, pourquoi créer des formes nouvelles ? Il souhaite illustrer une certaine conception de l’histoire de l’art dans l’approche culturelle du passé.


Sommaire de l’ouvrage :


AVANT-PROPOS

PROLOGUE
Questions stylistiques et méthode historique
Notions de Palladianisme et de Classicisme
Notions de Piranésisme et d’imagination architecturale
Dramaturgie imagée et théâtromanie sociale
Ledoux et les défaillances de l’histoire
Historiographie ledolcienne
Théorie architecturale et « Ut pictura poesis »
Renouveau classique et « goût à la grecque »
L’exercice biographique

I – DE L’ORACLE DU GOÛT À L’ARCHITECTURE PARLANTE

CHAPITRE 1
L’homme de l’art, architecte à la mode

La jeunesse d’Amphion
Le Café militaire
Famille et fonction publique
La carrière ascendante d’un architecte à la mode
Le château de Maupertuis
Les hôtels d’Hallwyl, d’Uzès, de Montmorency
Le château de Bénouville
L’hôtel de Mlle Guimard
Le pavillon de Louveciennes
Sources d’inspiration et caractères de la demeure ledolcienne
Reconnaissance britannique, anglomanie ledolcienne ?

CHAPITRE 2
L’architecte du roi, maître d’œuvre de la Saline d’Arc-et-Senans

Des projets pour Mme Du Barry à l’Académie
La genèse de la Saline Royale : un projet idéal
L’Economie et le Progrès mis en scène
Les acteurs et les perspectives du projet
La présentation du projet et le programme in situ
Les différents projets ou « desseins »
L’architecture de la Saline, métamorphose du Progrès
Une grotte apollinienne, symbole de l’espace rayonnant
Dramaturgie en perspective et formes épurées de l’art

CHAPITRE 3
Arts et Lumières en Province

A travers champs
Le Théâtre de Besançon
La réforme des lieux de spectacle
Genèse du projet et théâtromanie urbaine
L’architecture théâtrale selon Ledoux
Destin d’un chef-d’œuvre massacré
Une assemblée « éclairée » chez le chef des Muses
Vision de l’imaginaire et théorie de l’art
Projets et chantiers en Provence
Théâtre et urbanisme à Marseille
Les caractères d’un grand théâtre-temple
Le Palais et la prison d’Aix-en-Provence : acteurs et intrigues
Les vicissitudes du chantier
Le programme du décor sculpté
L’Architecture du culte de Thémis : le temple et la prison
Dramaturgie historique ou art urbain total
Un monument public à Compiègne, un séjour de l’aristocratie à Bourneville

CHAPITRE 4
La République des arts : Paris

L’hôtel Thélusson
Promenade et habitat-spectacle
L’habitat-paysager et l’architecte-peintre
Le cadre figuratif de la nature en ville, séjour de Vénus
Nature et loisirs citadins
Les maisons Hosten et la ferme Saint-Lazare
L’appel de l’étranger : projets pour Cassel et Neuchâtel
Les séjours de Plutus : la banque, la bourse, l’hôtel de la Ferme générale
Le mur des Fermiers généraux
Le plus grand chantier du siècle
L’architecture urbaine, instrument politique
Le programme pragmatique et idéal de l’enceinte moderne
Des monuments aux vertus et aux jouissances civiques
L’histoire du chantier
Le mur et les barrières d’octroi après 1789
L’iconographie parlante des dessins

II – LES PROPYLÉES ET LE STYLE PARLANT DE L’HISTOIRE

CHAPITRE 1
Les témoignages de l’inspiration ledolcienne

CHAPITRE 2
Une esthétique des rapports contrastés

Le programme et sa dialectique
Peines et plaisirs, contrastes et pendants
Le parti des Propylées : unité et variété
Géométrie et composition : le rapport plan/élévation
Esquisse typologique des pavillons des barrières
Le jeu dynamique des effets
Du monumental au pittoresque : apologie du goût
Des tableaux dans l’espace : nature, matériaux et coloris
Normes constructives, structures et symboles

CHAPITRE 3
Les attendus de la critique : de l’Histoire et du Style

La critique et le symbole : un goût français
Hérédité et liberté créatrice : l’Histoire instrumentale
L’anti-Ledoux : Quatremère de Quincy
La plaidoirie de Ledoux : l’imagination contre l’imitation
La hiérarchie emblématique : embellir et dire la ville

CHAPITRE 4
Le style pavillonnaire « à la française »

Deux entrées royales : l’Étoile et le Trône
Description : barrières choisies par Legrand et Landon
Architecture savante et Nature parlante : tendances ledolciennes évolutives
Effets de composition
Effets syntaxiques
Le décor sculpté
Textures, lumière et polychromie
Le « brique et pierre » : retour aux sources nationales
La pierre, en sublimes assemblages
De Laugier à Ledoux : l’architecture idiomatique
Un style « gallo-grec » ?
Architecture royale et nationale
Par analogie au « grand genre » : l’architecture d’Histoire

III – L’ARTISTE

CHAPITRE 1
Le testament et le grand œuvre

Inventaire après décès
Suspect politique, artiste proscrit et deuils
L’architecte patriote
Le livre de Ledoux
Lacunes, prospective et parodie
Notion de classicisme ledolcien

CHAPITRE 2
La vie académique et la noblesse de l’art

Ledoux académicien, critique et révolté
Fonctions et exercice académiques
Les élèves de Ledoux
Une tendance anti-ledolcienne : le recueil de Durand
La fortune de la sensibilité et du dessein ledolciens
Ledoux sous la Terreur
L’homme de mérite et l’anoblissement artistique
Le patron d’agence et l’homme des chantiers

CHAPITRE 3
Le jardin secret

Ledoux, de l’héroïsme aristocratique à la métaphysique de l’architecture
Spiritualité et pensée maçonnique
L’architecte et l’auteur de Vathek
Ledoux mystagogue

CHAPITRE 4
L’aède moderne et l’utopie

Les monuments intentionnels du civisme
L’Amour et l’architecture parlante
L’architecture sous le rapport de la sculpture
De l’image livresque à l’imaginaire artistique
Ledoux écrivain
Le poète épique
Le conteur : pittoresque et moraliste
- Le forgeron
- Le lourdaud puni
- Premier tableau : la bacchanale rustique
- Deuxième tableau : le nageur désirable
- Troisième tableau : le capucin colporteur
Un nouvel Éden : la ville atomisée à la campagne
L’Homme social, initié au bonheur

BIBLIOGRAPHIE

INDEX

PLANCHES