Accueil > Publications en ligne > Introuvables > Daniel Rabreau - Le Protée d’Edme Bouchardon (1735-1739). Une iconographie à (...)
Nouvelle publication en ligne !

Daniel Rabreau - Le Protée d’Edme Bouchardon (1735-1739). Une iconographie à réévaluer au bassin de Neptune de Versailles ?

J’offre en cadeau de départ cette modeste étude aux doctorants et aux docteurs du Centre Ledoux. 10-06-2010

La figure de Protée, statufiée entre 1735 et 1739 au bassin de Neptune de Versailles parachève un des grands décors des jardins de Louis XIV. Il inaugure l’iconographie propre à son successeur, son arrière-petit fils Louis XV, le futur Bien-Aimé. Mais le chef-d’œuvre du sculpteur Edme Bouchardon s’éloigne des images suscitées par la tradition textuelle d’Homère et de Virgile et s’inspire du « berger du troupeau de Neptune » introduit dans l’opéra Phaëton (créé en 1683 par Lully, l’année qui suivit la naissance du duc de Bourgogne, père de Louis XV). Cet opéra, plusieurs fois représenté au début du XVIIIe siècle, avait été retenu pour célébrer à Paris le premier contrat de mariage de Louis XV (1721). Parallèlement, un autre chantier d’achèvement de la décoration de Versailles, le plafond du salon d’Hercule sur lequel François Lemoyne peint le mariage en apothéose du demi-dieu dans l’Olympe, élargit la geste mythologique consacrée au jeune souverain. Avec le bronze de Protée, Bouchardon – il réalise ensuite un marbre de L’Amour pour le salon d’Hercule – s’observe comme un imagier inventif, également soucieux de régénérer un art « à l’antique », épuré, au service d’un nouvel idéal monarchique à partager et non plus à imposer.

Source :
Protée en trompe-l’œil
Genèse et survivances d’un mythe,
D’ Homère à Bouchardon

Sous la direction d’Anne Rolet
Collection « Interférences » dirigée par Pierre Bazantay, Sophie Marret et Michèle Touret
Presses universitaires de Rennes-PUR-2009
pp. 501-513
Téléchargez le sommaire de l'ouvrage

Téléchargez l'article


Edme Bouchardon, Le dieu Protée, Versailles, bassin de Neptune, détail© Cliché S. Darroussat