Accueil > Présentation du GHAMU > Centre Ledoux > Historique du Centre


Historique du Centre

et thématiques développées depuis sa création


"Vous qui voulez devenir architecte, commencez par être peintre", écrit Claude-Nicolas Ledoux (1736-1806). Cet architecte, grand créateur et théoricien de l’époque des Lumières, montre la voie. La "trilogie des arts", admise depuis l’Antiquité (peinture, sculpture, architecture), inspire la théorie du "progrès des arts réunis", chère à Diderot et aux esprits qui militent pour une moralisation des arts au service de la société – des sociétés, dans le cadre universel du concept de civilisation. Telle est l’idée.

Créé en octobre 1992, sous la direction de Daniel Rabreau, le Centre Ledoux était alors une des deux composantes de l’Equipe d’accueil des deux DEA (Histoire de l’art et Histoire de l’architecture) et des doctorants en Histoire de l’art de l’UFR 03 de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il regroupait tous les programmes de recherches sur les Temps modernes (XVe-XVIIIe s.), mais également plusieurs thèmes transhistoriques (histoire des jardins, histoire du spectacle). Quelques années plus tard, quand les DEA furent remplacés par les masters 2, avec la création de l’Ecole doctorale d’histoire de l’art et la nomination de nouveaux professeurs, de nouvelles composantes ont été créées au sein de l’Equipe d’accueil de Paris 1, libérant le Centre Ledoux des recherches sur la Renaissance, le XVIIe siècle et le Patrimoine.

Le Centre Ledoux était une des composantes de l’Ecole doctorale d’histoire de l’art et de l’Equipe d’accueil Histoire culturelle et sociale de l’art (HiCSA, cf. le site internet) de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Situé d’abord dans les locaux de l’UFR 03, Institut d’art et d’archéologie, 3 rue Michelet, il s’est développé ensuite dans les superbes locaux de l’Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris. Lancée vers d’autres sphères, l’équipe actuelle de l’Ecole doctorale d’histoire de l’art de Paris 1 l’a biffé d’un trait, laissant ainsi en jachère l’expérience accumulée, le réseau relationnel des chercheurs internationaux liés, pour certains, par des conventions, et le bénéfice d’une structure de publications très performante.


Champs de la recherche

Orientations méthodologiques et thématiques générales

Toutes les formes d’expression artistique, dépendant des arts plastiques, sont abordées, ainsi que tous les types d’enquête, qui exploitent différentes approches méthodologiques : étude des mécanismes de la création artistique (artistes, commanditaires, public), approche biographique, étude du contexte sociopolitique et économique, analyse des phénomènes d’échanges internationaux (Ecoles, rayonnement des institutions, rôle des voyages, rapports centre/périphérie, etc.), connaissance des collections, critique, historiographie, théorie et littérature sur l’art, techniques de production et de conservation des oeuvres, études iconographiques et iconologiques, approche de l’imaginaire dans l’histoire...

La discipline est envisagée comme spécifique des objets et des comportements étudiés, comme du message qu’il s’agit de décrypter ; elle repose sur une éducation du regard dont les différentes approches scientifiques contribuent au champ immense de l’histoire culturelle - sous tous ses aspects. Ici, la méthode historique privilégie les approches typologiques considérées dans leur contexte socioculturel le plus large, de l’économique à la spiritualité. La recherche, l’analyse et l’exploitation des sources primaires s’associent à la méthode descriptive sur laquelle s’appuient l’établissement de la fortune critique d’œuvres, d’artistes, d’Ecoles ou de courants et la réflexion historiographique la plus actuelle. Plutôt une histoire de la création artistique qu’une histoire des styles devenue obsolète (hors du contexte qui l’a vue naître au XIXe siècle).

Objectifs de la formation

A travers la mise en oeuvre et les développements de la discipline, le Centre Ledoux contribue à la formation des jeunes chercheurs. Il entend favoriser la diffusion culturelle de l’histoire de l’art et, par son rôle dans l’apprentissage des méthodes scientifiques et l’exemple de ses productions, aider le développement des carrières dans le domaine de la culture, de l’enseignement, de la recherche fondamentale, de l’administration et de la gestion du patrimoine, des loisirs (tourisme), de l’édition et du commerce d’art, comme de l’architecture, de l’art des jardins, de l’environnement et de l’urbanisme.

Ces objectifs de formation par la recherche et de diffusion de celle-ci, s’observent dans les différentes rubriques : groupes de recherches thématiques, encadrement des diplômes de 3e cycle, séminaires, conférences, colloques, publications, contrats et stages, voyages d’étude, et, notamment, la multiplication des collaborations et échanges internationaux.

Equipes thématiques

Afin de mieux structurer la recherche, par rapport aux champs disciplinaires variés des enseignants-chercheurs, des exigences de la formation et des différentes formes d’exploitation et de diffusion, cinq équipes et groupes ont été constitués. Les thèses ou Masters 2 (mais également, en amont, les Masters 1) qui s’y rattachent, témoignent d’une volonté de grande continuité dans la prospection de certains thèmes. Le rôle de plusieurs partenaires de la recherche, notamment dans le domaine de l’architecture et du paysage historique, est appelé à de plus importants développements dans l’avenir.

- Equipe des Lumières (études sur le XVIIIe siècle, Europe et pays sous son influence)
Responsable : D. Rabreau
- Equipe Ville et nature, architecture, jardins et paysages historiques (trans-historique : XVIe-XXe s.)
Responsables : D. Rabreau et M. Mosser
- Groupe sur l’habitation au XVIIe-XVIIIe siècle
Responsable : J.-F. Cabestan
- Groupe Franco-Chinois
Responsables : C.-B. Chiu et Janine Christiany
- Groupe Franco-Russe (convention avec l’Académie d’Etat d’Architecture et des Arts de l’Oural, Ekaterinbourg)
Responsable : D. Rabreau


Conventions avec les institutions

En France

- Convention de recherche entre l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) et l’Université Paris 1 (Centre Ledoux) pour la réalisation d’une base de données sur le livre d’architecture en français au XVIIIe siècle (2002-2003-2004 –responsable D. Massounie).

- Participation au conseil scientifique de la Mission Nancy 2005 (célébration du 250e anniversaire de la place Stanislas) : colloque international (2003-2005 organisé par le Centre Ledoux) et publication des actes. Responsable D. Rabreau.

A l’étranger

- En jumelage avec l’Université catholique de Leuven (Belgique) : recherches sur le "goût à la grecque" et J.-F. de Neufforge (colloques à Leuven, oct. 2002 et Paris juin 2003). Responsables C. De Jonge et D. Rabreau.

- Académie d’Etat d’Architecture et des Arts de l’Oural (Ekaterinbourg, Russie), convention Paris 1-Centre Ledoux (trois publications bilingues sur C.-N. Ledoux, une thèse en cotutelle publiée en français). Responsables A. Barabanov et D. Rabreau.

- Archivio del Moderno, université de Mendrisio (Suisse italienne), convention Paris 1-Centre Ledoux, sur les rapports France/Italie durant le Premier Empire (colloques à Ascona et à la Villa Médicis à Rome, plusieurs publications). Responsables : L. Tedeschi et D. Rabreau.


Publications, séminaires, colloques

À venir...