Accueil > Publications en ligne > Compte-rendus, bibliographies critiques, méthodes et pédagogie > Recension - S. Caviglia-Brunel : « Charles-Joseph Natoire (1700-1777) (...)

Recension - S. Caviglia-Brunel : « Charles-Joseph Natoire (1700-1777) »

Par Christophe Henry - publiée par Histara le 25 juin 2012


En avril 2012, les éditions Arthena ont mis à la disposition du public et des chercheurs un nouvel opus consacré au peintre Charles-Joseph Natoire (Nîmes 1700 - Castel Gandolfo 1777). Publié avec le concours du Centre de recherches interdisciplinaires en histoire, histoire de l’art et musicologie (CRIHAM, EA 4270) et avec le soutien de la Fondation Auguste Morin, cette somme monumentale vient une fois de plus confirmer la vocation de l’association Arthena à diffuser certains des matériaux fondamentaux de la connaissance en histoire de l’art.

L’ouvrage se compose de trois grands ensembles : une étude chronologique de la vie et de l’art du peintre fragmentée en trois grands chapitres (p. 11-167), un catalogue de l’œuvre (p. 168-524) et une série d’annexes (p. 525-583). L’introduction de l’étude (p. 11-13) fait le point sur une fortune critique paresseuse qui a fait de Natoire, dans le meilleur des cas, un « talent léger, facile et naturel » (Charles Blanc) et plus généralement un artiste mineur au talent dépourvu d’originalité, avant que lui soit consacrée une première exposition rétrospective à l’occasion du bicentenaire de sa mort en 1977.
Le présent ouvrage se présente donc avec modestie comme un état actuel de la question des oeuvres attribuées à Natoire, même si l’on y trouve une mise au point qui fera date quant à son rôle institutionnel, sa place dans les réseaux artistiques et son influence pédagogique.

Lire la suite...


Susanna Caviglia-Brunel, Charles-Joseph Natoire (1700 - 1777), Paris, Arthena, 2012.
24x32 cm, 582 p., 1281 ill. dont 154 en coul.,
ISBN : 978-2-903239-48-0, 149 €
ouvrage issu de la thèse de doctorat Charles-Joseph Natoire (1700-1777) dessinateur : étude critique et catalogue raisonné, sous la direction de D. Rabreau, université Paris 1, soutenue en 2002.