D. Rabreau – « L’image du monument… »

_ Du poncif admis dans la figuration du projet (architectural et/ou sculpté), jusqu’à l’image scénique qui découle d’une dramaturgie élaborée, en passant par la mise en évidence d’un motif qui interpelle, il s’agit ici de s’interroger sur certains codes figuratifs qui cherchent intentionnellement à encadrer la réception de l’œuvre, selon des visées émotionnelles opératoires. Figuration ou image, à travers le dessin, la gravure et le tableau d’un monument, l’acception doit être recherchée dans la manière figurative qui illustre les intentions symboliques du programme. Les exemples analysés sont relatifs à quelques archétypes du « goût à la grecque » dans la culture classique et antiquisante du XVIIIe siècle, des retombées du dessin scénographique italien et du Piranésisme, dans quelques monuments parisiens du règne de Louis XV, notamment de Charles De Wailly.

Cet article provient d’une communication de l’auteur au colloque La représentation du monument, Université d’Aix-en-Provence, 9-10 mai 2003.

Téléchargez l’article.