Claire OLLAGNIER – « Petites maisons. Du refuge libertin au pavillon d’habitation en Île-de-France au siècle des Lumières »

Dans le cadre du cycle « Livre d’architecture », Claire OLLAGNIER présentera son ouvrage Petites maisons. Du refuge libertin au pavillon d’habitation en Île-de-France au siècle des Lumières à l’Institut national d’histoire de l’art.

Dans le cadre du cycle «Livre d’architecture», Claire Ollagnier présentera son ouvrage Petites maisons. Du refuge libertin au pavillon d’habitation en Île-de-France au siècle des Lumières à l’Institut national d’histoire de l’art.

Informations pratiques

26 septembre 2016 – 17H-19H

Galerie Colbert, salle Vasari

Institut national d’histoire de l’art

2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs

75002 Paris

Entrée libre


Résumé

Depuis le début du XVIIIe siècle, le concept d’un lieu situé à l’abri de tous les regards et voué aux plaisirs du libertin a envahi la littérature romanesque et théâtrale (Diderot, Sade, Crébillon, etc.). Les rapports de police et les chroniques scandaleuses regorgent également d’anecdotes piquantes à ce sujet, contribuant ainsi à créer le mythe de la « petite maison ».

Cependant, il faut attendre les années 1750 et la construction du pavillon La Bouëxière pour voir émerger un nouveau type architectural dont le programme s’élabore peu à peu. S’initie alors une vague de réflexions sur ce nouveau mode d’habitat et tous les quartiers périphériques de la capitale se couvrent d’édifices aux allures diverses mais répondant aux mêmes critères architecturaux : renouvellement des dispositifs conventionnels, réduction de la taille des appartements, adoption du plan massé et situation dans un environnement paysager.

La multiplication de ces petites maisons illustre par ailleurs l’émergence d’un nouvel art de vivre et les aspirations d’une société en mutation qui use de toutes les ressources des arts (architecture, jardin, peinture, sculpture…) pour créer de véritables écrins qui ne laisseront pas indifférent le public de l’époque.

Remontant jusqu’aux origines de l’habitat pavillonnaire, cette étude vise à montrer que si le phénomène des périphéries pavillonnaires a jusqu’alors été plutôt attribué aux retombées de la révolution industrielle et à la création de cités ouvrières, les prémices se font sentir dès la fin du XVIIIe siècle.


Sommaire

AVANT-PROPOS de Michel Delon, professeur de littérature française du XVIIIe siècle à l’Université Paris IV-Sorbonne

PRÉFACE de Jean-Philippe Garric, professeur d’Histoire de l’architecture à l’Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne

INTRODUCTION

Une histoire de la villégiature

L’avènement de la maison suburbaine

Folies, maisons de plaisance, ou petites maisons

Aux origines d’un habitat pavillonnaire

Une enquête qui puise à des sources diverses

PARTIE I : LA PETITE MAISON, ÉMERGENCE D’UN IDÉAL ARCHITECTURAL

Chapitre 1 – Asile fantasmé ou type architectural ?

Le lieu de tous les fantasmes

 Les sources romanesques

 Presse, mémoires, souvenirs et correspondances Les rapports des inspecteurs de police

La petite maison comme type

 Jean-François de Bastide, une approche littéraire

 Jacques-François Blondel, une dé nition théorique et architecturale

 Le pavillon La Bouëxière : un manifeste ?

Chapitre 2 – vers l’établissement d’un programme

Le Petit Trianon ou la petite maison royale

 Projets, inspiration et réalisation

 Le pavillon d’agrément : une « dépendance » ?

 Spécificité, programme et usages du pavillon royal

La maison Le Prêtre de Neubourg ou l’appropriation du type de la villa

 Programme architectural : l’importance du modèle antique

 Vers une nouvelle conception de l’espace intérieur

 Situation et environnement : naissance d’un nouveau rapport à la nature

Synthèse

PARTIE II : ORIGINES CULTURELLES ET SOCIALES DE LA PETITE MAISON

Chapitre 1 – Les fondements idéologiques

La quête d’un idéal urbain

 Une ville en expansion

 Modalités d’implantation suburbaine

De l’idéal individuel à l’idéal social

 Vers un idéal social

 « Les hommes placés au-dessus du peuple »

Chapitre 2 – Les nouvelles pratiques de la sociabilité

Des intérieurs dédiés « au plaisir et à la liberté »

 Plaisirs et intimité

 Divertissements de société

Les extérieurs : du spectaculaire au poétique

 Les plaisirs « champêtres »

 Des jardins qui « ouvrent » l’esprit

Synthèse

PARTIE III : DE LA PETITE MAISON AU PAVILLON : NAISSANCE D’UN PROGRAMME ARCHITECTURAL

Chapitre 1 – Expérimentations en site « semi-champêtre »

Les fondements artistiques

 Les jalons d’une réforme

 Les interactions : architecture, jardin et paysage

Un espace en projet

 Explorations et innovations

 Une typologie de l’habitat suburbain est-elle possible ?

Chapitre 2 – vers un habitat pavillonnaire

Diffusion d’un nouveau modèle

 Les mutations formelles : fusions et confusions des types

 Modélisation du bâti suburbain

De la « petite maison » à la « maison » : modalités d’une transition

 Vers une standardisation ?

 Entre mythe et réalité

Synthèse

CONCLUSION PARTIE IV : PLANCHES

Le pavillon La Bouëxière – Planche n°1

La maison Le Prêtre de Neubourg – Planche n°2

Le pavillon du duc de Chartres à Monceau – Planche n°3

Le pavillon Bagatelle – Planche n°4

La maison de Mlle Dervieux – Planche n°5

La maison de Mlle Guimard – Planche n°6

La maison Marigny – Planche n°7

La maison de chasse du duc de Laval – Planche n°8

La maison Callet – Planche n°9

La maison Dorlian – Planche n°10

NOTES – SOURCES – BIBLIOGRAPHIE

INDEX DES NOMS – INDEX DES LIEUX


Claire Ollagnier, Du refuge libertin au pavillon d’habitation en Île-de-France au siècle des Lumières, éditions Mardaga, avril 2016.

20,5 x 22,5 cm

Broché

352 pages

Prix : 39,00€

ISBN : 9782804702830

Feuilletez gratuitement une quarantaine de page de l’ouvrage